Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Galette de pétrole à Gwendrez

Publié le par DL

Sur la plage de Gwendrez en Plouhinec (Finistère), la mer a déposé une grosse galette de pétrole à la limite du sable et du cordon de galets. Janvier 2022.

La chaussure permet de juger de la taille de cette galette de pétrole.

Cette galette paraît relativement sèche et compacte, mais des déchets s'y sont tout de même collés, sans doute alors qu'elle était encore dans un état plus visqueux. Par simplification, le terme "pétrole" est employé, ici, mais il peut s'agir de pétrole au sens strict, mais aussi de fioul de propulsion de navire.

Ici cerclé de jaune, un débris de cordage ou de filet de pêche s'est collé à la galette de pétrole.

Un autre débris de cordage ou de filet de pêche.

Ici, un morceau de ligne de pêche.

Ces déchets ont pu se coller à la galette de pétrole alors qu'elle était encore visqueuse et avant que, par un phénomène d'évaporation de ses composants les plus volatiles, elle soit devenue plus consistante. 

On peut avancer deux hypothèses quand à son origine.

La première est que ce produit se soit échappé de la coque d'un navire qui a sombré, éventuellement plusieurs années auparavant, comme le porte-conteneurs Grande America qui a sombré dans le golfe de Gascogne en mars 2019 (1), ou comme les deux coques de navires de la compagnie Maersk qui ont coulé au large de l'île de Sein en décembre 2016 (2).

La deuxième hypothèse est celle d'un dégazage sauvage au large de nos côtes, pratique devenue rare (3)(4).

Liens:

https://www.ouest-france.fr/bretagne/carnac-56340/galettes-de-mazout-sur-les-plages-le-nettoyage-repris-1922001

http://www.vedura.fr/environnement/pollution/degazage-deballastage

https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/des-galettes-de-petrole-brignogan-4747471

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Coquilles de nasses réticulées aux Plomarc'h

Publié le par DL

De coquilles de nasses réticulées (Tritia reticulata) sont en assez grand nombre sur une grève au pied de la falaise des Plomarc'h à Douarnenez (Finistère). Janvier 2022. 

Anciennement désignée sous les noms de Buccinum reticulatum, Hinia reticulata, Nassa reticulata ou Nassarius reticulatus, la nasse réticulée doit son nom au relief de sa coquille formé du croisement entre des sillons longitudinaux et transversaux.

La nasse réticulée joue un rôle écologique très important car elle se nourrit de cadavres d'animaux marins dont elle peut détecter l'odeur jusqu'à plusieurs dizaines de mètres grâce à un siphon olfactif.

Nasse réticulée. Auteur: Vincent Maran. Source: doris.ffessm.fr. Tous droits réservés.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nasse_réticulée

https://doris.ffessm.fr/Especes/Tritia-reticulata-Nasse-reticulee-845

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Erosion de falaise à Poulbréhen

Publié le par DL

Sur nos côtes, les manifestations du recul du trait de côte sont diverses. Une des plus spectaculaires concerne les casemates allemandes du Mur de l'Atlantique de Tréguennec, construites sur la dune, et qui se retrouvent maintenant au milieu de la plage.

Cette vue aérienne montre que les casemates allemandes, ici au centre de la photo, construites sur la dune de sable, se trouvent maintenant au milieu de la plage de Tréguennec, suite au recul de la dune, maintenant à droite de l'image, sous l'effet combiné de plusieurs phénomènes.  Source: geoportail.gouv.fr

Plus discrètement, le recul du trait de côte peut se manifester par l'apparition occasionnelle, sur l'estran, de bancs de tourbe formée au fond de l'étang d'arrière dune de Laoual en Plogoff (1), ou de celui de Lehan en Tréffiagat (2), montrant que les cordons de galets formant barrage à l'écoulement de l'eau se sont déplacés vers l'intérieur des terres. Cela peut être aussi, par le même phénomène, la mise au jour du sol de l'ancienne lagune de Kermor en Combrit et l'Île-Tudy (3).

A Plozévet (Finistère), c'est l'écroulement de portions de falaise au niveau du village de Poulbréhen, qui atteste spectaculairement de l'érosion de la côte.

En effet, lorsqu'on circule sur l'estran à marée basse, il suffit de lever les yeux sur le sommet de la falaise pour en constater les effets.

Vue depuis l'estran, une partie de la falaise de Poulbréhen. Cerclés de rouge, des vestiges d'un muret de pierres sèches dont la partie centrale, encadrée de jaune, a disparu suite à l'écroulement de la falaise.

Les vestiges du muret de pierres sèches.

Coupe géologique de la falaise de Poulbréhen. De bas en haut: socle de micaschiste / la même roche altérée en cours de décomposition / les vestiges d'un cordon de galets datant d'une période interglaciaire quand le niveau de l'océan était plus élevé qu'actuellement / limon formé par l'action d'événements météorologiques (notamment gels-dégels) sur la roche altérée / couche de terre végétale (d'après Pierre et Monik Le Rhun, Le relief et les sols de Plozévet, 1967).

On le voit, si le socle sur lequel repose la falaise est relativement solide, la falaise elle-même est meuble et fragile. Elle est d'autant plus fragile que son pied est atteint par la mer lors des marées hautes, et par une forte houle lors des tempêtes (4).

L'érosion d'une falaise peut être due à deux phénomènes: soit l'action de la mer qui provoque la désagrégation des roches par l'action physico-chimique de l'eau salée, et par action mécanique ("mitraillage" par les galets projetés par les vagues); soit par infiltration des eaux de ruissellement entraînant une perte de cohésion des matériaux (5).

D'autres secteurs de la falaise de Poulbréhen ont été affectés par cette érosion. 

Ici aussi, c'est la disparition d'une partie de ce muret de pierres sèches qui révèle l'érosion de la falaise.

Vestige de ce muret.

Si l'action de la mer est bien en cause sur certains secteurs de la côte à Plozévet, dans les cas d'érosion présentés ici, c'est plus certainement une saturation en eau des couches superficielles qui supportaient les murets de pierres sèches qui a entraîné ces éboulements. Selon certaines études, les eaux usées rejetées dans le sol par les résidences non raccordées au réseau d'assainissement collectif, en contribuant à saturer le sol, pourraient être en partie responsables de cette érosion.

Si la disparition de portions de murets de pierres n'est pas dramatique en soi, cette érosion pose d'autres problèmes dont le moindre est disparition du sentier côtier, amenant à suspendre la servitude de passage des piétons le long du littoral. En effet, là où des portions de murets ont été emportées au pied de la falaise, c'est aussi le sentier littoral qui les bordait qui a disparu. En novembre 2018, un arrêté préfectoral porte modification du tracé et des caractéristiques de la servitude de passage des piétons sur le sentier côtier entre Poulhan et Gourinet à Plozévet (6).

Des terres agricoles pourraient aussi être touchées lorsqu'elles bordent les falaises. Mais, plus préoccupant est le sort des habitations proches des falaises à Poulbréhen. Toutefois, le recul du trait de côté étant en moyenne de 2 à 6 cm par an dans ce secteur, elles ne sont pas menacées à court terme.

Ce muret sera-t-il le prochain que l'érosion de falaise emportera ?

Liens:

L’érosion des littoraux à falaises meubles en Bretagne : aléa, enjeux et gestion du risque. Thèse de doctorat de Noémie Basara

Le relief et les sols de Plozévet. Pierre Le Rhun & Monik Le Rhun

Commune de Plozévet. Servitude de passage des piétons le long du littoral de Poulhan à Gourinet.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Micaschiste

Publié dans Géologie

Partager cet article
Repost0

Accouplement de cornets étroits

Publié le par DL

Au lieu-dit Prat Meur en Plozévet (Finistère), de minuscules escargots pointus (jusqu'à 20 mm de long) sont assemblés dans la maigre végétation qui couvre le sommet du cordon de galets . Fin septembre 2022.

Ce sont des cornets étroits (Cochlicelle acuta) qui aiment les milieux calcaires et, en particulier, les dunes littorales. 

La plupart de ceux rencontrés à Prat Meur sont accolés deux par deux. Ils sont en train de se reproduire. Comme tous les escargots terrestres, ils sont hermaphrodites: chaque individu produit des spermatozoïdes et des ovules. Ainsi, lors d'un accouplement, les deux individus s'inséminent réciproquement.

La saison de reproduction dure de l'automne au printemps (1). Après quelques jours d'incubation, les cornets étroits pondent une trentaine d'œufs dans un trou qu'ils creusent dans le sol.

Les cornets étroits estivent: en été, ils se collent sur un support généralement vertical, et obturent leur coquille en secrétant un bouchon de mucus qui durcit en séchant. Ils évitent ainsi une déshydratation potentiellement mortelle.

Liens:

https://en.wikipedia.org/wiki/Cochlicella_acuta

https://www.quelestcetanimal.com/mollusques-et-annelides/le-cornet-etroit/

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07924259.1991.9672205?cookieSet=1

https://data.biodiversite-bretagne.fr/accueil/espece/190985

https://fr.wikipedia.org/wiki/Escargot

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

Grande jussie à Kerbinigou

Publié le par DL

A Kerbinigou en Tréogat (Finistère), une plante aquatique à fleurs jaune vif envahit la zone humide qui borde le canal reliant l'étang de Trunvel à celui de Kergalan. Juin-juillet 2022.

C'est la Grande jussie (Ludwigia grandiflora), aussi appelée Ludwigie à grandes fleurs ou Jussie à grandes fleurs.

Cette espèce se distingue de Ludwigia peploides par ses fleurs légèrement plus grandes et aux pétales qui se chevauchent.

C'est une espèce invasive importée dans l'Hérault au 19° siècle depuis le Brésil comme plante d'ornement. Elle s'est rapidement dispersée dans le Midi de la France avant de coloniser tout le pays et certains autres pays d'Europe.

Elle envahit non seulement la zone humide qui borde le canal, mais surtout le canal lui-même.

Le canal qui relie les étangs de Trunvel et de Kergalan, ici vu du côté de celui de Trunvel. La plante recouvre entièrement le cours d'eau.

Le même canal vu ici du côté de l'étang de Kergalan.

La Jussie à grandes fleurs se plaît dans les eaux stagnantes ou à faible courant. Elle peut doubler sa masse en deux semaines et étouffer les autres espèces en les privant d'espace. Elle se propage par bouturage.

Sa vente, son transport et son introduction dans le milieu naturel sont interdits depuis mai 2007.

Liens:

http://naturnet.free.fr/html/jussie.html

https://mauldre.fr/images/E-Ressources-documentaires/Am%C3%A9nagements/fiches_esp%C3%A8ces_envahissantes/Fiche_Jussie.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ludwigia_grandiflora

https://identify.plantnet.org/fr/the-plant-list/species/Ludwigia%20grandiflora%20(Michx.)%20Greuter%20%26%20Burdet/data

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>