Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les pyramides de Plouhinec

Publié le par DL

Sur le sentier côtier entre Poulgoazec et Kersiny en Plouhinec (Finistère), se trouve une curieuse colonne en maçonnerie, haute de 4 mètres et dont le sommet épouse plus ou moins la forme d’une pyramide. C’est d’ailleurs ainsi qu’on l’appelle localement : ”la pyramide”.

Le sommet de cette pyramide paraît avoir conservé quelques traces blanches, sans doute d'un badigeon de peinture ou de chaux. C’est un amer, c’est-à-dire un objet servant de repère pour la navigation. Aujourd’hui, à l’époque du positionnement par satellite et de la cartographie numérique, la navigation, qu’elle soit de commerce, de pêche ou de plaisance, n’a plus recours à de tels repères. 

Le terme ”pyramide” n’est pas exclusif à cet amer de Plouhinec, mais semble être d’un usage courant pour désigner ce type de repères pour la navigation. Celui qui se trouve près de l’ancien couvent des Capucins à Audierne, est aussi appelé ”pyramide”, tout comme celui de Men-Brial sur l’île de Sein et bien d'autres encore.

Dans les siècles passés, plus qu’utiles, de tels repères étaient indispensables, en particulier à l’abord du chenal d’entrée du port d’Audierne, réputé très dangereux en raison de la présence d’un haut-fond appelé ”la Gamelle”.

C’est si vrai que, faute de l’existence de tels amers, en août 1793, la corvette ”l’Espion”, poursuivie par deux frégates anglaises, vient s’échouer sur ”la Gamelle”, pratiquement en face de l’endroit où cette pyramide sera construite au XIX° siècle.

Depuis la pyramide (ici à droite du cliché), on aperçoit l'écume de la houle qui déferle au large sur la Gamelle.

En fait, un autre amer était utilisé à cet endroit avant la construction de cette pyramide. C’était un rocher appelé ”la Pierre du Chenal”. C’est sans doute parce qu’il n’était pas assez visible ou pas assez clairement reconnaissable qu’en 1884, un massif de maçonnerie a été édifié sur un point plus élevé immédiatement au-dessus, et à deux cent mètres à l'Est de l'ancien corps de garde (ou poudrière) de Créménec, et a été désigné comme la ”pyramide blanche de la Pierre du Chenal”.

”La Pierre du Chenal” elle-même est vraisemblablement l’amas rocheux que l’on voit juste sous la pyramide.

Toutefois, seul, un tel amer n’avait pas de réel intérêt pour la navigation. Ce qui était utile, c’est l’alignement de deux amers.

C’est pourquoi, en 1884, une autre pyramide, haute de 7 mètres, avait été bâtie sur les hauteurs de Plouhinec, un peu à l’Est du village de Brénilour: la ”pyramide blanche du Compas”. Moins soumis aux embruns que celle de la Pierre du Chenal, le quart supérieur de celle ci porte encore nettement la trace d'une peinture blanche.

Tout comme la ”pyramide blanche de la Pierre du Chenal” a remplacé un amer naturel, la ”pyramide blanche du Compas” a remplacé le moulin à vent dit ”du Compas”.

Carte du Service hydrographique de la marine 1771-1785. Source: Gallica

Sur le cadastre dit "napoléonien", dressé entre 1808 et 1851, le moulin du Compas figure sous le nom de "moulin d'allaé". Al laé peut se traduire par "d'en haut", ce qui reflète bien sa situation topographique.

Archives départementales du Finistère. Plans cadastraux.Section H1 de Lezarouant.

Le 3 juin 1899, le journal Le Finistère signale dans un court ”avis aux navigateurs” que le moulin du Compas a été démoli.

Avant même la construction de ces deux ”pyramides”, l’alignement de la Pierre du Chenal et du moulin du Compas servait à marquer la limite Est du haut fond de la Gamelle, comme on peut le voir sur le Plan levé en 1818 par les ingénieurs hydrographes de la Marine à l’usage des marins fréquentant les abords du port d’Audierne (cerclés de rouge).

Plan du port d'Audierne, levé en 1818 par les ingénieurs hydrographes de la Marine.  Corrigé en 1874. Dépôt des cartes et plans de la Marine 1875. Source: Archives départementales du Finistère.

Quant à elle, la limite Ouest du plateau rocheux de la Gamelle est indiquée par l’alignement de l’ancien corps de garde de Beg ar Grougn et du moulin de Poulgoazec (cerclés de jaune).

Sur le plan de 1818 mentionné plus haut, l’alignement de la Pierre du Chenal et du moulin du Compas est aussi représenté sous forme d’un dessin ”vu du large”.

Même légende que ci-dessus.

Les mêmes alignements encadrant le plateau rocheux de la Gamelle figurent également sur la carte accompagnant les ”Instructions de pilotage pour la baie d’Audierne” de l’Almanach du marin breton de 1908. La Pierre du Chenal et le moulin du Compas sont remplacés par les pyramides de mêmes noms, citées à deux reprises dans ces Instructions.

Instructions de pilotage pour la baie d'Audierne. Source: Almanach du marin breton. 1908.

En février 2006, la commission nautique d'Audierne, en approuvant les modifications du plan de balisage du port et de son entrée, notent que nos deux amers, «noyés parmi les habitations, n'étaient plus repérables et donc plus utilisés». Par suite, ”l’amer antérieur Pierre du Chenal” et ”l’amer postérieur le Compas” sont déclassés en tant qu’ESM (Etablissements de Signalisation Maritime) par arrêté préfectoral en date du 6 octobre 2006.

Restent deux monuments, longtemps indispensables à la sécurité des marins qui fréquentaient les eaux de cette baie, et qui sont aujourd'hui les témoins du riche passé maritime du Cap Sizun. 

Cornouaille plage sable algues laminaires nature mer océan Atlantique marée Bretagne Finistère côte 

Partager cet article
Repost0

Baliste

Publié le par DL

Cadavre de baliste (Balistes capriscus) échoué sur la plage de Kersiguénou en Crozon (Finistère). Décembre 2018.

Ce poisson, originaire des côtes nord-américaines, est apparu récemment sur les côtes européennes. Il est aussi appelé baliste perroquet ou cochon de mer.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Balistes_capriscus

https://doris.ffessm.fr/Especes/Balistes-capriscus-Baliste-commun-891

Cornouaille plage sable algues laminaires nature mer océan Atlantique marée Bretagne Finistère côte 

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Les goélands piétinent

Publié le par DL

A marée basse, on peut observer des goélands se livrant à une curieuse danse près de la limite du flot. Ils piétinent le sable pour le fluidifier et picorent les coquillages qu'ils font ainsi apparaître, essentiellement des petites tellines.

Ici sur la plage de Sainte-Anne-la-Palud en Plonévez-Porzay (Finistère), en septembre 2018. 

Ce rite, fréquemment observé sur cette plage de Sainte-Anne-la-Palud, au fond de la baie de Douarnenez, s'est sans doute répandu par imitation dans la population locale de goélands.

Curieusement, il n'a été observé que récemment sur une des plages du pays bigouden, sur la baie d'Audierne, alors que des bandes importantes de goélands s'y sont établies de manière permanente sur des sites qui abondent également en tellines.

Après s'être nourris, les goélands laissent sur le sable de petites cuvettes d'une quinzaine de centimètres de diamètre.

Cornouaille plage sable algues laminaires nature mer océan Atlantique marée Bretagne Finistère côte 

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

Quand les pantoufles ressurgissent

Publié le par DL

Janvier 2018, sur la Lieue de grève, entre Plomodiern et Saint-Nic (Finistère), quelques pantoufles sont déposées sur le sable par la marée.

 

Il ne s'agit pas d'une nouvelle pollution. Elle date de quatre ans. En effet, c'est en janvier 2014 que les premières pantoufles apparaissent tout d'abord sur l'île de Sein en même temps que d'autres produits de toilette destinés à l'hôtellerie. 

C'est sans doute un chargement perdu par un cargo pendant les tempêtes de l'hiver 2013-2014.

Après celles de l'île de Sein, il en arrivera d'autres quelques jours plus tard sur les plages du fond de la baie de Douarnenez, comme à Treizmalaouen en Kerlaz.

Liens:

https://www.ouest-france.fr/bretagne/des-pantoufles-flottantes-lile-de-sein-1866956

https://quimper.maville.com/actu/actudet_-ile-de-sein-envahie-par-des-pantoufles-_52689-2472236_actu.Htm

https://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/kerlaz-treizmalaouen-razzia-de-pantoufles-sur-la-plage-1883297

Cornouaille plage sable algues laminaires nature mer océan Atlantique marée Bretagne Finistère côte 

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Bucardes épineuses.

Publié le par DL

Coquilles de bucardes épineuses échouées sur la "lieue de grève", plage dépendant des communes de Plomodiern et Saint-Nic (Finistère). Janvier 2018.

La bucarde épineuse (Acanthocardia aculeata) est un coquillage bivalve de 7 cm de diamètre, pouvant atteindre 10 cm, qui vit enfoui dans le sable.

Lorsque ses épines sont usées ou cassées par les frottements ou les chocs causés par la houle, une coquille de bucarde épineuse peut être confondue avec une autre espèce telle que la bucarde rouge (Achanthocardia echinata) ou la bucarde tuberculée (Acanthocardia tuberculata).

 Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bucarde_épineuse

https://doris.ffessm.fr/Especes/Acanthocardia-aculeata-Bucarde-epineuse-3398/(rOffset)/3

Cornouaille plage sable algues laminaires nature mer océan Atlantique marée Bretagne Finistère côte 

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>