Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

flore littorale

Orpin anglais à Beuzec-Cap-Sizun

Publié le par DL

A Beuzec-Cap-Sizun (Finistère), des touffes de plantes minuscules se tapissent dans des creux de rochers en haut des falaises dominant la baie de Douarnenez entre la pointe du Millier et Pors Peron. Avril 2021.

C'est de l'Orpin anglais (Sedum anglicum, et en anglais english stonecrop), plante grasse du genre sedum, qui stocke de l'eau dans ses feuilles.

Cette plante aime les sols plutôt acides, ce qui explique sa présence sur les granits du Cap-Sizun.

Elle produit des fleurs en étoile à 5 branches blanches ou rosées. 

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sedum_anglicum

http://www.biopix.eu/orpin-anglais-sedum-anglicum_photo-25396.aspx

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Flore littorale du Cap Sizun

Publié le par DL

Au printemps, le sentier côtier qui longe la baie de Douarnenez entre Pors Lesven et le rocher de Danou en Beuzec-Cap-Sizun (Finistère) nous permet d'apprécier la variété florale du Cap Sizun. Mai 2019.

Primevère commune (Primula vulgaris). Son nom qui dérive du latin prima vera (prima = premier; vera = printemps) nous dit beaucoup sur cette plante: c'est une des toutes premières à fleurir au printemps.

Les feuilles et les fleurs sont comestibles et ont des propriétés médicinales. Toutefois, n'étant pas aussi courante que son nom le fait penser, il est préférable de ne pas la cueillir.

Lien: Primevère commune

Silène maritime (Silene vulgaris subsp. maritima) ou silène à une fleur.

C'est uns sous espèce du silène commun ou silène enflé qui bénéficie d'un statut de protection dans les Pays de la Loire. Selon le Conservatoire national botanique de Brest, dans le Finistère, le silène maritime n'n'et pas en danger. Il est en effet assez répandu.

Lien: le site du Conservatoire national botanique de Brest

Renoncule (genre ranunculus), ou bouton d'or. Il en existe près de 500 espèces. Toutes sont toxiques.

Lien: renoncule chez wikipédia

Pousse de ronce commune (Rubus fruticosus), aussi appelée ronce des bois ou ronce des haies. Particulièrement abondante et envahissante au bord des chemins, des bois et des prés, la ronce procure de la nourriture à des insectes butineurs, des fruits aux oiseaux, est aussi consommée en hiver par les chevreuils, et sert d'abri à une multitude d'insectes et de mammifères (sangliers, renards).

Lien: ronce commune chez wikipédia

Potentille dressée ou potentille tormentille (Potentilla erecta), parfois appelée herbe au diable ou herbe de sainte Catherine. En raison de leur forte capacité astringente, les rhizomes de la potentille présentent un intérêt pharmaceutique dans de multiples affections internes et externes.

Lien: identification de la potentille tormentille.

Bouton de chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum). Liane grimpante dont les fleurs très odorantes en forme de tube peuvent être butinées par des insectes munis d'une longue trompe comme le sphinx, mais pas par les abeilles.

Lien: chèvrefeuille des bois sur wikipédia.

 

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Immortelle des dunes à Trez Goarem.

Publié le par DL

Sur la dune de Trez Goarem en Esquibien-Audierne (Finistère), quelques taches d'un jaune vif ressortent du reste de la végétation rase. Ce sont des bouquets d'immortelle commune ou immortelle des dunes (Helichrysum stoechas). Juillet 2020.

Cette plante vit toujours dans sur un substrat sableux. Elle possède un pilosité qui sécrète des lipides qui la protègent du dessèchement et dégagent une odeur épicée caractéristique des dunes grises en été.

 Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Immortelle_commune

https://www.lacanausurfinfo.com/news-ecologie-460/le-littoral-dunaire.html

 

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Lotier corniculé

Publié le par DL

Le long du sentier côtier, on rencontre parfois comme une touffe constellée de petites fleurs jaunes ou orangées, au milieu d'autres plantes. Plouhinec (Finistère). Juin 2020.

C'est le lotier corniculé (Lotus corniculatus), aussi appelé sabot de la mariée, sabot du petit Jésus, ou plus prosaïquement trèfle cornu.

Le long du sentier entre Mesperleuc et Gwendrez, un pied de lotier mêlé à la fougère.

Fleurs de lotier parmi des inflorescences de betterave maritime.

Plante basse de 5 à 30 cm, elle peut atteindre 50 cm si elle est soutenue par d'autres plantes.

Cette légumineuse n'est pas à proprement parler une plante sauvage. Elle est cultivée comme plante fourragère associée à des graminées.

Autrefois, ses fleurs séchées étaient utilisées en infusion comme somnifère ou comme calmant. Toutefois, à haute dose, ce traitement peut être toxique, voire mortel.

Ici, on distingue des fleurs séchées aux extrémités blanches.

Liens: 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lotier_corniculé

https://www.preservons-la-nature.fr/flore/taxon/687.html

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Du séneçon-lierre à Esquibien.

Publié le par DL

Du côté de Kernod, en Audierne-Esquibien (Finistère), des fleurs jaune-vif égaient les couleurs hivernales, gris et brun de la lande. Janvier 2019.

Ce sont des fleurs de séneçon-lierre (Delairea odorata), une plante grimpante qui prend ici appui sur un prunelier sans feuilles. Avant 1999, le nom scientifique était Senecio mikanioides.

Aussi appelé séneçon grimpant ou lierre d'Allemagne ou encore lierre d'été, cette plante est originaire d'Afrique du Sud est s'est naturalisée en Australie, en Californie, sur l'île de Ténérife, dans le Var et le Finistère.

Ses fleurs font un peu penser à celles du mimosa.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Delairea_odorata

http://nature.jardin.free.fr/grimpante/ft_senecon.html

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>