Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gros échouage de haricots de mer sur la plage de Kergalan

Publié le par DL

De gros paquets d'algues brunes en longs filaments sont échoués sur la plage de Kergalan en Plovan (Finistère). Mai 2021.

Il s'agit d'Himanthia elongata, appelée haricot de mer ou spaghetti de mer.

En fait, ces longues lanières (jusqu'à 3 mètres de long) sont l'appareil reproducteur de l'algue. L'appareil végétatif est une cupule de 4 centimètres de diamètre, fixée sur un support et qui donne naissance à 2 longues lanières qui se divisent. C'est à la surface de ces lanières que se forment les cellules reproductrices qui sont libérées dans l'eau de mai à octobre.

Cette algue est surtout connue du public pour être comestible et se cuisiner comme les haricots verts.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Himanthalia_elongata

https://doris.ffessm.fr/Especes/Himanthalia-elongata-Himanthale-702

https://cuisinealouest.com/recettes/haricot-de-mer-tomate/

https://foodalgues.bzh/articles/recettes/saute-de-haricots-de-mer-et-champignons

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Quand les crabes corystes sortent du sable.

Publié le par DL

Sur la plage de Tréfeuntec en Plonévez-Porzay (Finistère), alors que la mer commence à remonter, des crabes corystes (Corystes cassivelaunus) s'extirpent du sable. Avril 2021.

Vidéo en fin d'article.

Aussi appelé crabe masqué ou crabe casqué, le crabe coryste a un aspect et une forme caractéristiques qui ne le font ressembler à aucune autre espèce.

Plus long que large, il est reconnaissable à l'espèce de rostre qui pointe devant sa tête. Il s'agit en fait de ses antennes, jointives, qui lui servent à respirer quand il est enfoui dans le sable.

Sur l'estran, il est assez fréquent de rencontrer des spécimens morts ou des mues. Une femelle s'est malencontreusement retrouvée sur le dos.

 

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

Une formation géologique remarquable à Cléden-Cap-Sizun

Publié le par DL

A l'extrémité Nord de la plage de la Baie des Trépassés, en Cléden-Cap-Sizun, au pied de la falaise, se trouve une formation géologique remarquable.

 Localisation de la formation géologique. Photo aérienne IGN. Source: géoportail.gouv.fr

C'est une masse gris sombre dans laquelle se trouvent inclus des blocs rocheux de toutes tailles.

Son aspect rappelle un peu celui de la tourbe que l'on peut voir dans la partie Sud de la Baie des Trépassés, côté Plogoff, à l'occasion d'épisodes de démaigrissement de la plage (voir l'article qui est consacré à cette tourbe: ici)

Mais il s'agit ici d'une toute autre formation géologique, et beaucoup plus ancienne. Ici, les géologues parlent de conglomérat de la Baie des Trépassés. On retrouve un affleurement de cette formation dans la partie Sud de la même plage, côté Plogoff, mais seul l'affleurement du Nord, côté Cléden, est représenté dans cet article.

La masse sombre est une argile datant du Carbonifère (de -358,9 ± 0,4 millions d'années à -298,9 ± 0,2 millions d'années) et les blocs rocheux qu'elle contient sont des éléments de quartz, de mylonite et de schistes noirs.

Pour être plus précis, ce conglomérat date du Stéphanien, c'est-à-dire la partie la plus récente du Carbonifère, soit autour de 300 millions d'années. Et quand on parle du Carbonifère, on pense ... charbon. 

Dans le Cap-Sizun, la présence de charbon est avérée et bien connue depuis le milieu du 18° siècle. Des demandes de concession pour son exploitation se sont échelonnées de 1759 à 1901 (Daniel Bernard, article sur Cléden-Cap-Sizun dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère. 1951). 

"Plan d'ensemble de la houillère du Cap-Sizun, canton de Pont-Croix" (extrait). Anonyme, non daté. Source: gallica.bnf.fr

Du côté de Cléden-Cap-Sizun, cette formation se poursuit sur l'estran, même si elle n'est pas toujours visible, car le plus souvent recouverte de sable. Ce n'est qu'à l'occasion d'un démaigrissement de la plage que l'on peut apprécier son étendue.

Le 29 novembre 2019, la mer a emporté le sable de la plage. Encadrée de rouge, la formation se prolonge sur l'estran. Sous les flèches rouges, des rochers reconnaissables permettent de se repérer.

Le 26 mai 2020, la formation, couverte de sable, n'est pas visible sur l'estran.

Le conglomérat de la Baie des Trépassés occupe une dépression, le fossé stéphanien, encaissé entre deux formations géologiques distinctes: au Nord la trondhjémite de Douarnenez (± 480 millions d'années) et au Sud le leucogranite de la Pointe du Raz (± 290 millions d'années).

Entre les deux traits rouges, le fossé stéphanien. Cerclé de rouge l'affleurement du conglomérat côté Cléden. Carte géologique de la Pointe du Raz. Source: geoportail.gouv.fr

C'est dans cette dépression que s'est formée l'argile du conglomérat dans laquelle se sont trouvés inclus des blocs rocheux provenant des massifs cristallins qui la bordent. 

Au pied de la falaise, l'argile du conglomérat est friable (voir la vidéo qui suit).

Le conglomérat de la Baie des Trépassés est considéré comme un site d'intérêt géologique et figure à ce titre à l'inventaire national du patrimoine géologique (voir le lien ci-dessous).

Liens:

Site d’intérêt géologique : Conglomérat de la Baie des Trépassés

Conglomérat stéphanien de la Baie des Trépassés

Le Carbonifère

Jacques Garreau: Les reliefs en creux de la zone broyée sud-armoricaine de la Baie des Trépassés à Saint-Yvy.

Publié dans Géologie

Partager cet article
Repost0

Mousse pour hameçons de palangre

Publié le par DL

Le vent a poussé deux bandes de mousse très légères sur le cordon de galets qui borde la plage de Kergalan en Plovan (Finistère). Octobre 2020.

Celle-ci mesure environ 50 centimètres. 

Celle-ci mesure presque 80 centimètres.

Ce sont des accessoires pour la pêche à la palangre.

Schéma d'une palangre. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Palangre

Ces bandes de mousse servent à maintenir les hameçons au bord de la caisse qui contient la ligne avant sa mise à l'eau.

Caisse pour palangre. Des bandes de mousse maintiennent les hameçons. Source: https://www.sportfishingitaly.com/

Bassine à palangre. Source: https://m.media-amazon.com/

Les deux bandes de mousse échouées sur les galets de la  plage de Kergalan montrent en effet une multitude de trous laissés par des hameçons.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Palangre

Mousse pour hameçons de palangres sur http://dechets-marins.ovh/

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Le lavoir de Porz ar Feunteun à Lesconil

Publié le par DL

A Lesconil (commune de Plobannalec-Lesconil, Finistère), pas très loin de la Croix des amoureux (Kroez ar Garantez), une construction sur l'estran intrigue le promeneur.

A l'extrémité d'un enclos presque entièrement ceint de murets maçonnés, bée une sorte de niche couverte d'un toit en bâtière. L'ensemble fait penser à un lavoir.

Mais le sol de l'enclos et la niche elle-même sont couverts de blocs rocheux, dont certains d'une taille impressionnante, visiblement projetés par-dessus les murets par la mer lors de coups de vent ou de tempêtes.

Et pourtant, il s'agit d'un lavoir alimenté par une fontaine: le lavoir de Porz-ar-Feunteun (l'anse ou la crique de la fontaine en breton).

Qu'est-ce qui a bien pu pousser les habitants à construire un lavoir dans un tel endroit ?

Bien sûr, c'est la présence d'une fontaine d'eau douce, mais c'est surtout le fait que les autres lavoirs de Lesconil (lavoirs de Menez Roz, de Kerloch et du Steir Nébilic) se trouvaient très éloignés pour les femmes habitant cette partie Sud de la localité appelée la Palud. 

Le lavoir du Steir Nébilic, construit en 1884. A cette époque, le Steir Nébilic s'étendait presque jusqu'au pied de la chapelle Sainte-Anne (avant que celle-ci ne devienne église Notre-Dame de la mer en 1924). Le muret que l'on voit derrière les lavandières empêchait qu'à marée haute la mer envahisse le lavoir (aujourd'hui comblé).

L'essentiel des informations sur la fontaine et le lavoir de Porz ar Feunteun est tiré de "Hier Plobannalec-Lesconil" de Roland Chatain et Raymond Cariou (1), informations reprises en partie en 1997 dans un article du Télégramme par Patrick Aubé, alors président de l'ODELL, Organisation de défense de l'environnement et du littoral de Lesconil qui s'est chargée de la restauration de l'édifice (2).

La plus ancienne image que l'on ait de ce lavoir est un tableau de Paul Grégoire, exposé au Salon de Paris en 1907 et intitulé "Lavandières près de la mer au pays bigouden".

"Lavandières près de la mer au pays bigouden" de Paul Grégoire. Si le lavoir existe bien, la niche de la fontaine n'est pas représentée sur cette peinture et on n'est donc pas sûr qu'elle existait. Source: artnet.com

Ce tableau de Paul Grégoire a été reproduit sous forme de carte postale, et intitulé cette fois "Un lavoir au bord de mer".

A Porz ar Feunteun, en construisant une niche maçonnée, on a voulu protéger la fontaine des assauts de la mer pour qu'elle ne la recouvre pas de blocs rocheux et ne l'obstrue pas.

On le voit donc, si la fontaine proprement dite était abritée par cette niche, à l'origine, le lavoir n'était en fait qu'un bassin aménagé dans l'estran par enlèvement de roches. Le fond de la "cuve" ainsi agencée a vraisemblablement été étanché et dallé. Sur le pourtour, des pierres plates ont été disposées pour battre et frotter le linge.

La fontaine et le lavoir dans les années 1920. La fontaine est abritée dans sa niche et le lavoir proprement dit n'est encore qu'un trou aménagé au milieu des rochers. 

Sur cette autre carte postale, dans le coin inférieur droit, on devine la niche maçonnée qui abrite la fontaine. 

A côté d'un tas de draps en train de s'égoutter, une civière qui sert ordinairement au transport du goémon permettra à deux lavandières de ramener leur linge à la maison.

Une civière à goémon dans son usage principal.

En mai 1927, une délibération du conseil municipal de Plobannalec insiste sur la nécessité qu'il y aurait de protéger le lavoir de la Palud (Porz ar Feunteun) par un mur de défense contre la mer. Mais à cette date, la mairie ne dispose pas du montant estimé de cette dépense (1.800 francs). 

La fontaine et le lavoir dans les années 1930. Le mur de protection a vraisemblablement été construit en 1928.

Sur cette autre carte postale, on voit une civière à goémon posée sur le mur de protection.

S'il évite la plupart du temps l'envahissement du lavoir par des galets et des rochers, ce mur de protection n'empêche pas la mer d'inonder occasionnellement le bassin en le submergeant ou en pénétrant par le conduit d'évacuation lors des grandes marées.

Photo Henri Moreau. Source: wikipedia.org. Sous licence Creative Commons 

Le conduit d'évacuation.

Pour réutiliser le lavoir, il fallait alors attendre que l'eau douce de la fontaine ait remplacé l'eau de mer.

Mais pire que cela, lors des tempêtes, les vagues projetaient jusqu'à l'intérieur du lavoir des roches qu'il fallait ensuite évacuer (aujourd'hui, quand cela arrive, il n'y a plus nécessité de rendre le lavoir opérationnel et les roches restent).

A Lesconil, à partir du milieu des années 1930, l'installation de pompes publiques dans le village a marqué le début du changement des habitudes. Les femmes s'y approvisionnaient en eau qu'elles ramenaient à la maison pour remplir leur lessiveuse et laver leur linge sur des lavoirs individuels. Sans doute quelques unes ont-elles continué à se retrouver à Porz-ar-Feunteun pendant quelques années.

Inutilisés, le lavoir et la fontaine se sont dégradés surtout sous les effets des coups de mer. En 1997, ils ont été restaurés par l'ODELL, Organisation de défense de l'environnement et du littoral de Lesconil.

Liens:

Le lavoir de Porz ar Feunteun sur le site petit-patrimoine.com

Le rocher du Goudoul et le lavoir de Porz ar Feunteun sur le site lesphotosdecaty.blogspot.com

Mai 1997: inauguration du lavoir rénové dans Le Télégramme

"Pierres et paysages", le site de l’association « Lire à Plobannalec-Lesconil » sur le patrimoine de Plobannalec-Lesconil.

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>