Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

faune littorale

Bernard-l'hermite à Sainte-Anne-la-Palue

Publié le par DL

Crustacés très répandus, les bernard-l'hermite (Pagurus Bernhardus) ou pagures sont présents en nombre sur la plage de Sainte-Anne-la-Palue en Plonévez-Porzay (Finistère). Septembre 2022.

Extrêmement craintifs et vigilants, ils se laissent difficilement approcher et ne se laissent pas facilement photographier ou filmer dans leur milieu naturel. C'est pourquoi il a été nécessaire d'en capturer pour pouvoir réaliser ce cliché et la vidéo qui suit.

Le bernard-l'hermite est un crustacé (comme le crabe ou l'araignée de mer) qui a la particularité d'avoir un abdomen mou dépourvu de carapace, ce qui le rend vulnérable. Pour se protéger, il investit et occupe la coquille vide d'un gastéropode.

Le spécimen de droite occupe la coquille d'une littorine. La coquille de celui de gauche est difficilement identifiable.

Ce spécimen possède une grosse pince qui peut lui servir à obturer la coquille qu'il occupe.

Comme tous les crustacés, quand le bernard-l'hermite grandit, il change de carapace, mais il doit aussi changer de coquille. Ce fait induit un comportement social particulier appelé "chaîne de vacance": des individus de tailles variées se regroupent à proximité d'une coquille vide correspondant à la taille du plus gros d'entre eux. Quand celui-ci abandonne la coquille qu'il occupait pour s'installer dans la coquille vide, les autres individus font de même pour occuper les coquilles qui viennent d'être abandonnées. Au final, ne reste plus qu'une coquille vide, la plus petite.

Le bernard-l'hermite se nourrit de débris végétaux et animaux.

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

Accouplement de cornets étroits

Publié le par DL

Au lieu-dit Prat Meur en Plozévet (Finistère), de minuscules escargots pointus (jusqu'à 20 mm de long) sont assemblés dans la maigre végétation qui couvre le sommet du cordon de galets . Fin septembre 2022.

Ce sont des cornets étroits (Cochlicelle acuta) qui aiment les milieux calcaires et, en particulier, les dunes littorales. 

La plupart de ceux rencontrés à Prat Meur sont accolés deux par deux. Ils sont en train de se reproduire. Comme tous les escargots terrestres, ils sont hermaphrodites: chaque individu produit des spermatozoïdes et des ovules. Ainsi, lors d'un accouplement, les deux individus s'inséminent réciproquement.

La saison de reproduction dure de l'automne au printemps (1). Après quelques jours d'incubation, les cornets étroits pondent une trentaine d'œufs dans un trou qu'ils creusent dans le sol.

Les cornets étroits estivent: en été, ils se collent sur un support généralement vertical, et obturent leur coquille en secrétant un bouchon de mucus qui durcit en séchant. Ils évitent ainsi une déshydratation potentiellement mortelle.

Liens:

https://en.wikipedia.org/wiki/Cochlicella_acuta

https://www.quelestcetanimal.com/mollusques-et-annelides/le-cornet-etroit/

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07924259.1991.9672205?cookieSet=1

https://data.biodiversite-bretagne.fr/accueil/espece/190985

https://fr.wikipedia.org/wiki/Escargot

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

Crabe qui mue

Publié le par DL

Sur la plage de Trezmalaouen en Kerlaz (Finistère), un petit crabe est en train de muer. Juillet 2021.

Compte tenu de sa petite taille et de son état au moment de sa découverte, il n'est pas possible de déterminer plus précisément son espèce.

Sur ce détail de la photo précédente, on reconnaît, au-dessus de l'animal, la carapace (ou cuticule) supérieure devenue trop petite et qu'il abandonne.

Le processus de mue commence par le décollement de l'épiderme et de la cuticule devenue trop petite. Puis la sécrétion d'un liquide de mue contenant des enzymes attaque la couche interne de l'ancienne cuticule.

Commence alors la sécrétion de la nouvelle cuticule composée de chitine et de protéines. Les deux cuticules, l'ancienne et la nouvelle sont séparées par le liquide de mue (ou liquide exuvial).

Quand la nouvelle cuticule a épaissi, le rejet de l'ancienne cuticule commence. L'animal gonfle son corps tout en effectuant des mouvements rythmés, ce qui provoque le déchirement de l'ancienne cuticule suivant des lignes de moindre résistance. L'animal s'extrait ainsi progressivement de l'ancienne cuticule. 

Quand il s'est débarrassé de son ancienne carapace devenue trop petite, le crabe est particulièrement vulnérable, la nouvelle cuticule étant encore molle. Il peut alors être facilement attaqué par un prédateur. De nouvelles couches de chitine et de protéines sont sécrétées et la nouvelle cuticule durcit. Le processus prend plusieurs heures.

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

Natices enfouies dans le sable.

Publié le par DL

Sur les plages de la baie de Douarnenez, il n'est pas rare de trouver des coquilles de grandes natices ou natices porte-chaîne mortes (Euspira catena).

A marée basse, on peut aussi trouver des spécimens vivants, partiellement enfouis dans le sable de la plage. Plage de Kervel en Plonévez-Porzay (Finistère). Juin 2020.

L'animal est enfoui au raz de la surface et on ne distingue qu'une partie de la coquille et du pied ainsi que l'opercule ouvert.

C'est comme si ce gastéropode marin, sentant le proche retour de la mer, se préparait à partir en chasse d'une proie, comme une telline, espèce abondante sur cette plage.

Plage de Trefeuntec en Plonévez-Porzay.

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

Quand mouettes et goélands suivent ... le tracteur

Publié le par DL

Chacun connaît l'image de ces bateaux de pêche rentrant au port suivis par des vols d'oiseaux marins qui espèrent récupérer les déchets rejetés par les marins.

Tout aussi fréquent est le spectacle de centaines de mouettes et de goélands qui suivent un tracteur au travail dans un champ.

Ces oiseaux marins ne se nourrissent pas seulement de proies issues de la mer. Ils se sont adaptés et savent que le sol peut aussi les nourrir.

Ainsi, en ce début d'octobre 2020, c'est aussi par centaines que des mouettes et des goélands suivent cet agriculteur qui passe un déchaumeur dans son champ au village de Kerbinigou en Tréogat (Finistère).

Les oiseaux se posent dans son "sillage" pour capturer vers de terre, larves et insectes mis au jour par la machine.

 

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>