Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

flore littorale

Du séneçon-lierre à Esquibien.

Publié le par DL

Du côté de Kernod, en Audierne-Esquibien (Finistère), des fleurs jaune-vif égaient les couleurs hivernales, gris et brun de la lande. Janvier 2019.

Ce sont des fleurs de séneçon-lierre (Delairea odorata), une plante grimpante qui prend ici appui sur un prunelier sans feuilles. Avant 1999, le nom scientifique était Senecio mikanioides.

Aussi appelé séneçon grimpant ou lierre d'Allemagne ou encore lierre d'été, cette plante est originaire d'Afrique du Sud est s'est naturalisée en Australie, en Californie, sur l'île de Ténérife, dans le Var et le Finistère.

Ses fleurs font un peu penser à celles du mimosa.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Delairea_odorata

http://nature.jardin.free.fr/grimpante/ft_senecon.html

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Betterave maritime à Plouhinec

Publié le par DL

Dans la lande qui domine les falaises entre les plages de Mesperleuc et Gwendrez en Plouhinec (Finistère), des pieds de betterave maritime (Beta vulgaris subsp. maritima) se sont implantés. Juin 2020.

A cette époque de l'année, ce sont leurs inflorescences s'étalant en buissons spectaculaires qui les font remarquer.

Appelée aussi bette maritime, betterave sauvage ou poirée, elle pourrait être l'ancêtre de toutes les betteraves aujourd'hui cultivées et comestibles.

Les feuilles inférieures sont cachées sous le buissonnement floral, mais on aperçoit les feuilles des tiges (ou caulinaires), de forme ovale ou lancéolée.

Sur les épis ramifiés, les fleurs sont petites et vertes ou rosâtres.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bette_maritime

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/132119

http://monerbier.canalblog.com/archives/2019/09/17/37621713.html

https://biologie-enligne.univ-lille.fr/cotes/co/presales_05.html

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Quelle camomille sur l'île de Sein ?

Publié le par DL

Sur la côte de l'île de Sein (Finistère), un tapis de petites fleurs blanches mêlées d'un peu du jaune du pavot cornu borde un cordon de galets. Juillet 2020. 

Ces petites fleurs blanches sont incontestablement celles de la Camomille. Mais de quelle Camomille s'agit-il précisément ?

C'est que sous ce terme générique, on trouve différentes espèces: la Camomille romaine (Chamaemelum nobile), la Camomille sauvage ou Petite Camomille (Matricaria recutica), aussi appelée Matricaire camomille, à ne pas confondre avec la Matricaire maritime (Matricaria maritima), et enfin la Grande Camomille (Tanacetum parthenium).

L'encyclopédie Wikipédia nous fournit un tableau comparatif de trois espèces de Camomille:

N'étant pas herboriste, je suis bien incapable de préciser quelle espèce prospère sur l'île de Sein.. 

La rubrique "flore naturelle" du site Internet de la mairie de l'île de Sein parle seulement de Matricaire. Mais laquelle ? Est-ce la Matricaire Camomille aussi appelée Camomille sauvage ou Petite Camomille, ou bien est-ce la Matricaire maritime ?

A ce point, nous ne sommes pas plus avancés. Mais Hyacinthe Le Carguet (1847-1924), chercheur érudit du Cap-Sizun pourrait bien nous avoir fourni une réponse. En 1908, dans le tome VII de sa "Flore populaire", Eugène Rolland mentionne Hyacinthe Le Carguet à propos de Anthemis nobilis, autre nom savant de la Camomille romaine (selon le naturaliste Carl von Linné): à l'île de Sein, le terme liac'hôn s'appliquerait à Anthemis nobilis, la Camomille romaine.

Nous voilà sauvés !

Las ! En fait, Hyacinthe Le Carguet n'a fait qu'ajouter à la confusion ! En effet, dans le tome VI de sa "Flore populaire", le même Eugène Rolland mentionne aussi Hyacinthe Le Carguet pour ce terme liac'hôn de l'île de Sein, mais s'appliquant cette fois à Galium Verum, c'est-à-dire au Caille-lait jaune.

Voilà. Sauf à ce qu'un naturaliste fasse le déplacement jusqu'aux rives de l'île de Sein pour trancher cette importante question, il nous faudra nous contenter de dire que la Camomille pousse sur cette terre minuscule du bout du monde.

Liens:

Camomille romaine

Camomille sauvage

Grande camomille

Matricaire maritime

Rubrique "flore naturelle" de la mairie de l'île de Sein

 

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Des carottes sauvages à Primelin

Publié le par DL

Entre la plage du Loc'h et la pointe de Castel en Primelin (Finsitère), le bord du sentier côtier est couvert de fleurs de carottes sauvages (Daucus carota). Juin 2020.

Les fleurs sont regroupées en ombelles plates ou légèrement bombées. Les ombelles sont brun-bordeaux quand elles sont en bouton, et blanches quand les fleurs sont ouvertes.

Les carottes sauvages que l'on rencontre sur le littoral sont différentes de celles que l'on trouve à l'intérieur des terres: par leur adaptation à ce milieu chargé en embruns, leurs feuilles secrètent une gomme-résine. Par ailleurs, contrairement aux carottes sauvages de l'intérieur des terres, les ombelles des carottes sauvages du littoral ne se recourbent pas en forme de nid au moment de la montée en graines.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Daucus_carota

https://blog.defi-ecologique.com/carotte-sauvage/

http://www.jardinsdenoe.org/la-carotte-sauvage/

http://www.lavisdesplantes.fr/carotte-sauvage-carte-identite/

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Cresson de fontaine à Trez Perros

Publié le par DL

Fleurs de cresson de fontaine (Nasturtium officinale) sur le sentier côtier à Trez Perros en Plouhinec (Finistère). Mai 2019.

Bien qu'étant une plante de milieu humide, le cresson de fontaine s'est pourtant implanté sur ce littoral plutôt sec entre les plages de Kersiny et de Mesperleuc.

Lien:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cresson_de_fontaine

 

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>