Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

geologie

La tourbe de la Baie des Trépassés

Publié le par DL

Après le passage de la tempête Ciara sur la pointe Bretagne, un premier banc de tourbe est visible depuis le sommet du cordon de galets qui borde le fond de la Baie des Trépassés en Plogoff (Finistère). 13 février 2020.

La forte houle a emmené au large une partie du sable qui couvrait des blocs et des rochers au pied du cordon de galets. Au milieu de ces blocs et rochers, un premier banc de tourbe, lui aussi mis à découvert par la houle.

Cerclée de rouge, la localisation approximative des ces bancs de tourbe sur la carte topographique de l'Institut Géographique National (IGN). 

De près, on se rend compte que ce banc de tourbe se prolonge certainement, au moins d'un côté, sous les blocs rocheux.

Un peu plus à gauche, d'autres bancs de tourbe, peut-être simples prolongements du premier ...

... et quelques blocs épars.

Quelle explication peut-on donner à la présence de cette tourbe dans la Baie des Trépassés ?

Approximativement à l'endroit où sont apparus ces bancs de tourbe, la carte géologique du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) pour la Pointe du Raz montre une petite formation plus ou moins ovale (cerclée de rouge sur la carte ci-dessous), de couleur grise, au contact à la fois d'une formation d'aspect moucheté marquée Mz (Sable et petits galets de plage) et MzG (Blocs et galets marins), et d'une autre formation marquée Dz (Sable des dunes). Trop petite pour être elle-même marquée, la couleur de cette formation sur la carte géologique rappelle plus ou moins celle de la formation grise marquée h5 (poudingues, arkoses et schistes noirs d'âge Stéphanien), à l'Est de l'étang de Laoual.

Mais l'aspect et la consistance friable de cette tourbe (voir la vidéo ci-dessous) attestent bien que c'est une formation distincte de ces roches (poudingues, arkoses ou schistes noirs). De fait, ces bancs de tourbe sont à rapprocher de la formation gris pâle autour de l'étang de Laoual, marquée Fz-C, que la notice explicative de la carte géologique appelle "Alluvions et colluvions de vallées présentes uniquement dans et aux alentours de l'étang de Laoual, plus ou moins tourbeuses".

L'étang de Laoual s'est formé en raison de la présence d'un cordon de galets et de dunes de sable qui barrent le fond de la baie et font obstacle à l'écoulement de plusieurs ruisseaux qui prennent leurs sources à flanc de coteaux du côté de Plogoff comme du côté de Cléden-Cap-Sizun (voir la carte topographique plus haut). Une roselière et diverses essences végétales sont à l'origine de la formation de tourbe "dans et aux alentours de l'étang", comme le précise la notice explicative du BRGM.

Si de la tourbe se trouve au-delà des cordons de galets et de dunes, du côté de l'océan, c'est parce qu'à une époque, ces cordons se trouvaient plus à l'Ouest qu'actuellement, et que l'étang de Laoual était plus étendu qu'aujourd'hui. C'est le recul du trait de côte, dû à la montée de l'océan, qui a repoussé les cordons vers l'Est, abandonnant sur place la tourbe formée antérieurement, peu à peu recouverte par des blocs rocheux, des galets et du sable.  

Publié dans Géologie

Partager cet article
Repost0

Exsurgence à la pointe du Millier

Publié le par DL

A la pointe du Millier, en Beuzec-Cap-Sizun (Finistère), l'eau d'infiltration sourd de la roche.

En hydrologie, c'est ce qu'on appelle une exsurgence. L'eau infiltrée depuis la surface s'étant écoulée par le réseau de failles de la roche (ou diaclases), on peut aussi parler de source diaclasienne. A cet endroit, la roche est la trondhjemite de Douarnenez, d'origine magmatique, datée de 472 millions d'années (+/- 24 millions d'années).

Publié dans Géologie

Partager cet article
Repost0

Les grès de plage de Prat ar Hastel

Publié le par DL

Un peu en avant de la dune qui borde la plage de Tréguennec (Finistère), entre l'ancienne usine de concassage de galets de Prat ar Hastel et le Loch ar Stang, des affleurements rocheux apparaissent occasionnellement, au gré des coups de mer qui chargent et déchargent de sable et de galets le pied de la dune.

Il s'agit de "grès de plage" ou "lumachelle". Ce grès de plage se forme par cimentation naturelle de sable et de débris coquilliers, due à la précipitation de bicarbonates dissous dans l'eau de mer. Contrairement à certains grès qui se forment en profondeur dans des conditions extrêmes de température et de pression, les grès de plage peuvent se former en surface à des températures tempérées au niveau de la zone déferlement des vagues ou de balancement des marées. Ils sont comparativement plus fragiles et sont très érodés par les chocs et les mouvements des galets agités par le déferlement des vagues.

De tels affleurements de grès de plage avaient été repérés à proximité du village de Kerdrafig en Plomeur en 1948. A Tréguennec, les premiers affleurements repérés se trouvent alors « … à près de 200 mètres en avant du cordon de galets, un peu au-dessus du niveau des plus basses mers (observations réalisées le 24 septembre 1972 grâce à un coefficient de 110) » ("Les grès coquilliers d'estran du sud de la baie d'Audierne" par Jean-Claude BODÉRÉ. 1973).

Carte tirée de l'article de Jean-Claude Bodéré.

Mais à cette époque, les affleurements objets du présent article, qui se trouvent à un niveau plus élevé, n'avaient pas encore été repérés, sans doute parce qu'ils se trouvaient alors enfouis sous la dune. C'est donc le recul du trait de côte, en repoussant cette dune, qui les a mis au jour.

 En janvier 2019, cet affleurement émerge de la couche de sable et de galets.

 Le même affleurement en gros plans.

Le même affleurement, en février 2019, a été presque entièrement recouvert de sable et de galets sous l'effet d'un coup de mer. 

En avril 2018, cet affleurement, qui avait été considérablement dégagé, montrait plusieurs couches d'aspects différents. La granulométrie des couches inférieures est nettement plus fine que celle des couches supérieures.

A l'échelle géologique, on peut dire que la formation de ces grès de plage nous est contemporaine. Une datation de l'affleurement de Kerdrafig donne une fourchette de 703-957 AD (après Jésus-Christ)

Liens:

Jean-Claude Bodéré: Les grès coquilliers d'estran du sud de la baie d'Audierne

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grès_de_plage

André Guicher: Le grès de plage ou beach rock

Enregistrement stratigraphique de l’holocène en baie d’Audierne : impact morphologique des tempêtes

 

 

Publié dans Géologie

Partager cet article
Repost0

Des bulles sur la plage de Ty an Quer

Publié le par DL

Au début de la remontée de la marée, le 28 juillet 2018, des bulles jaillissent du sable de la plage de Try an Quer en Ploéven (Finistère). Juillet 2018. 

Il ne s’agit pas de quelques bulles, mais de jaillissements continus en de multiples points de la plage, mis en évidence par le flot qui vient s’étaler sur le sable. Voir la vidéo en fin de cet article.

Image aérienne IGN https://www.geoportail.gouv.fr/

Hypothèse : il est possible que de la tourbe enfouie sous le sable à cet endroit continue d’émettre du méthane provenant de l’action d’archées (ou archéobactéries, microorganismes vivant sans oxygène). La présence de tourbe sous le sable de cette anse est avérée. Elle s’est formée dans un marais alimenté par la ruisseau de Ty an Quer à une époque où le cordon dunaire qui barre le fond de l’anse se trouvait plus à l’Ouest qu’actuellement, et lorsque le niveau marin était plus bas qu’aujourd’hui. Les bancs de tourbe de l’anse de Kervijen voisine, qui se sont formés à la même époque, sont bien connus (voir, dans ce blog, l’article consacré à La tourbe de l’anse de Kervijen)

Publié dans Géologie

Partager cet article
Repost0

Des filons dans le granite à Plouhinec.

Publié le par DL

A l’extrémité nord-ouest de la plage de Gwendrez en Plouhinec (Finistère), la marée basse découvre des roches grises striées de larges bandes plus claires. 

Il s’agit de granite gris, et plus précisément de leucogranite de la Pointe-du-Raz-Quimper, entrecoupé de failles comblées par un minéral d’un aspect presque blanc.

Ces roches appartiennent au soubassement de la partie méridionale du Cap Sizun, qui est un massif granitique s’étendant de la Pointe du Raz à Quimper.

Carte: IGN/BRGM (Institut Géographique National . Bureau de Recherche Géologique et Minière).  

Le granite est une roche magmatique qui se cristallise en profondeur à l’intérieur de la croûte terrestre. Le leucogranite de la Pointe-du-Raz est composé de 3 minéraux principaux : quartz (c’est-à-dire silice: 73 à 75%), micas et feldspaths. 

Roche dure et résistante, le granite se fissure néanmoins sous l’effet des mouvements de l’écorce terrestre et en se rétractant lors de son refroidissement. Les fissures ainsi produites se remplissent par cristallisation d’une roche d’une autre nature. 

Il s’agit de ce que les géologues nomment soit des aplites, soit des pegmatites, de compositions minérales proches, essentiellement à base de quartz et de feldspaths. 

Liens:

Filons de pegmatite en Bretagne et en Himalaya

Altération du granite

Pegmatite

Aplite
 

Publié dans Géologie

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>