Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Du séneçon-lierre à Esquibien.

Publié le par DL

Du côté de Kernod, en Audierne-Esquibien (Finistère), des fleurs jaune-vif égaient les couleurs hivernales, gris et brun de la lande. Janvier 2019.

Ce sont des fleurs de séneçon-lierre (Delairea odorata), une plante grimpante qui prend ici appui sur un prunelier sans feuilles. Avant 1999, le nom scientifique était Senecio mikanioides.

Aussi appelé séneçon grimpant ou lierre d'Allemagne ou encore lierre d'été, cette plante est originaire d'Afrique du Sud est s'est naturalisée en Australie, en Californie, sur l'île de Ténérife, dans le Var et le Finistère.

Ses fleurs font un peu penser à celles du mimosa.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Delairea_odorata

http://nature.jardin.free.fr/grimpante/ft_senecon.html

Publié dans Flore littorale

Partager cet article
Repost0

Ce qui reste d'une coque de bateau à Mesperleuc.

Publié le par DL

Cette épave est restée longtemps sur la plage de Mesperleuc en Plouhinec (Finistère), plus ou moins coincée sous des rochers, apparaissant et disparaissant au gré des déplacements des masses de sable provoqués par la houle. Octobre 2018.

C'est vraisemblablement ce qui restait d'une coque de bateau, peut-être un dériveur.

Elle est en matériau composite. On distingue plusieurs couches.

Elle a fini par disparaître, peut-être évacuée par le personnel communal.

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Algues vertes à Trezmalaouen

Publié le par DL

Par cette belle journée de septembre 2020, la mer étale un tapis d'algues vertes sur la plage de Trezmalaouen en Kerlaz (Finistère).

On connaît maintenant le danger que représente ce phénomène, mais à ce moment, les algues sont encore fraîches et la couche n'en est pas très épaisse. Elle n'est donc pas dangereuse.

On sait ce qui provoque ces marées vertes: l'afflux en mer d'engrais azotés provenant de l'agriculture et apportés par les rivières et les ruisseaux, conjugué à des températures élevées et une luminosité intense. 

Sur la plage de Trezmalaouen, ce sont deux ruisseaux qui transportent cet azote.

Les ruisseaux qui s'écoulent sur la plage de Trezmalaouen. Photo aérienne IGN. Source: geoportail.gouv.fr

Le plus important, dourig ar Briant, qui marque la délimitation entre les communes de Kerlaz et de Plonévez-Porzay, prend sa source près du village du Mez en Locronan, et est aussi appelé, selon les endroits, dourig ar Sklaerded (la Clarté) et  dourig ar Fransiou.

Un autre ruisseau s'écoule sur la plage de Trezmalaouen, ar Riolenn, qui prend sa source à la fontaine Saint-Germain (feunteun Sant-Jermen) au nord du bourg de Kerlaz.

Dourig et riolenn se traduisent tous deux par ruisseau.

Au bout de quelques jours, la couche superficielle de ces algues sèche et blanchit, comme ce fut le cas en septembre 2019.

Mais la couche inférieure entre en putréfaction et dégage un gaz toxique et mortel, le sulfure d'hydrogène.

C'est cette toxicité et ce danger qui obligent parfois à interdire l'accès à cette plage et à faire enlever les algues. 

Liens:

Algues vertes à Trezmalaouen: Le Télégramme août 2020

Algues vertes à Trezmalaouen: Ouest France mai 2017

Algues vertes à Trezmalaouen en 2013

Algues vertes à Trezmalaouen en 2010

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

Un phoque devant la plage de Kersiny

Publié le par DL

Une rencontre inattendue à quelques mètres devant la plage de Kersiny en Plouhinec (Finistère): un phoque qui se laisse porter par la houle. Janvier 2020.

On ne voit que sa tête qui monte et descend comme le bouchon d'un pêcheur. La qualité de la vidéo n'est pas optimale: l'animal est un peu loin et je ne suis pas équipé d'un appareil assez performant ni d'un trépied.

La séquence ne dure pas très longtemps. Dès qu'il nous repère, le phoque plonge pour ne plus reparaître.

Vidéo d'un autre phoque à Kersiny (cliquer sur cette photo):

 

Publié dans Faune littorale

Partager cet article
Repost0

La mue du tourteau

Publié le par DL

Sur le sable de la plage devant la Palud Trébanec en Plovan (Finistère), une partie de la carapace d'un tourteau (Cancer pagurus). Octobre 2018.

Très propre, sans défaut, bien luisante, elle paraît "toute neuve" ! Et au moment de la ramasser, il s'avère qu'elle est ... molle !

C'est très certainement ce qui reste d'un tourteau venant tout juste de muer. 

Comme tous les crustacés, le tourteau ou dormeur, doit changer de carapace pour grandir. Quand il s'est débarrassé de son ancienne carapace devenue trop petite, il est particulièrement vulnérable, la nouvelle cuticule (autre nom de la carapace) est encore molle. Il peut alors être facilement attaqué par un prédateur.

Les différentes étapes de la mue des arthropodes (dont fait partie le tourteau), sont détaillées ici: Mue des arthropodes.

Dans la vidéo qui suit, on voit muer une araignée de mer.

Publié dans Laisses de mer

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>