Vestiges d'un atelier de salaison à Cléden-Cap-Sizun

Publié le par DL

A l'extrémité Nord de la plage de la Baie des Trépassés à Cléden-Cap-Sizun (Finistère), un ensemble de pierres dans la falaise ne paraît pas naturel.

Certaines semblent être des dalles plates, "taillées", et disposées horizontalement en deux couches superposées. Elles sont surmontées de pierres plus petites, de taille uniforme, elles-mêmes disposées en couches régulières qui font penser à ce que les archéologues appellent du "petit appareil". 

Ces structures, apparues en octobre 1977 à la suite d'un effondrement de la falaise provoqué par une tempête et une grande marée, ont attiré l'attention d'un habitant qui les a signalées à la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne. Elles ont alors fait l'objet d'une fouille entre le 10 et le 15 octobre 1977 par Jean-Paul Gobert et Marc Ballan (1).

Cette fouille a révélé que les niveaux de pierres plates sont en fait au nombre de trois (actuellement, depuis l'estran, on ne distingue que deux niveaux) et constituent une assise pour le reste de la structure. Ces pierres plates reposent elles-mêmes sur une épaisse couche de gros galets et de pierraille intentionnellement disposée pour drainer l'eau de la nappe phréatique qui s'écoule maintenant par la buse en ciment que l'on voit sur la première photo.

Perspective cavalière du volume du sondage avent fouille. CLEDEN-CAP-SIZUN "Baie des Trépassés". RAPPORT DE FOUILLES. Source: bibliothèque numérique du Service Régional de l'Archéologie de Bretagne.Tous droits réservés.

Les chercheurs ont réalisé un sondage de 2,50 m X 2,50 m dans le sable dunaire d'origine éolienne qui avait comblé cette structure. Un des côtés de ce sondage est constitué par le parement externe d'un mur épais de 90 cm (ce n'est pas précisé dans le rapport de fouille, mais ce parement externe est sans doute représenté par les couches régulières de petites pierres que l'on voit, encadrées de rouge sur les photos qui précèdent). La fouille permet d'estimer la hauteur de ce mur à environ 4 mètres.

Sur cette photo, on constate que les pierres plates, ici signalées par les flèches, sont parfaitement alignées, et que le soubassement qu'elles constituaient s'étend jusqu'au niveau de la buse de drainage en ciment. 

L'ensemble de la structure mise au jour fait penser aux fouilleurs à un établissement de salaison semblable à celui de Plomarc'h Pella à Douarnenez (Jean-Paul Gobert, à l'époque vacataire à la Direction des Antiquités Historiques de Bretagne, a lui-même participé à la fouille de cet établissement de Plomarc'h Pella en août 1977, soit 3 mois avant la fouille de la Baie des Trépassés).

D'ailleurs, la fouille met au jour des charbons, des tegulae cassées (dans l'Antiquité, les tegulae étaient des tuiles plates destinées à couvrir les toits) et des pierres noircies portant des traces d'un  feu violent. Cela évoque la présence d'une toiture ayant abrité cette structure, comme c'était le cas pour l'établissement de Plomarc'h Pella (2). 

Restitution de la toiture de l'établissement de Plomarc'h Pella. "L'établissement antique de Plomarc'h Pella à Douarnenez". Jean-Pierre Bardel. dans Aremorica (3). Tous droits réservés. 

Cette toiture, à la Baie des Trépassés, pourrait donc avoir été détruite par un incendie. Sous la couche contenant ces débris se trouve un sol dallé de carreaux de terre cuite. 

Les deux chercheurs n'ont relevé aucune trace d'occupation, ni domestique, ni industrielle et en ont conclu que cet édifice ne semblait pas avoir été utilisé.

Curieusement, alors que cet unique rapport de fouille de 1977 ne fait aucune mention d'un enduit qui aurait recouvert les murs de la structure, et qu'il n'y est explicitement question que d'une seule fosse, ce site est mentionné dans une étude d'Aude Leroy publiée en 2003 qui lui attribue 2 "bassins" avec enduit (4).

Les sites de plage. Aude Leroy. "Les ateliers de salaison antiques en Baie de Douarnenez". Revue archéologique de Picardie. 2003.

Illustration de l'étude d'Aude Leroy. Tous droits réservés.

La fouille et la description trop succinctes de ce site ne permettent pas de se faire une opinion très nette sur la nature de cette construction. Toutefois, par sa localisation sur une falaise dominant l'estran, comparable à celle d'autres sites de la baie de Douarnenez (Plomarc'h Pellan et Kerlaz-Lanévry notamment), par ses dimensions apparentes, et en particulier sa profondeur, cette construction semble bien avoir fait partie d'un atelier dans lequel, à l'époque gallo-romaine, on confectionnait des sauces à base de poissons comme le garum (5). 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article