Les moutons de la réserve de Goulien.

Publié le par DL

Si vous parcourez le GR 34 dans la réserve naturelle du Cap-Sizun à Goulien (Finistère), vous serez peut-être surpris d'avoir à ouvrir des barrières que des panneaux vous inviteront à soigneusement refermer après votre passage. Vous aurez aussi peut-être l'occasion d'apercevoir quelques moutons pâturant dans la lande. 

Les barrières sont précisément là pour empêcher que ces moutons ne quittent leurs enclos de pâturage.

Alors qu'aucune loi de protection de la nature n'existe encore, la réserve naturelle de Goulien est créée en 1959 par deux passionnés en vue de protéger des colonies d'oiseaux marins menacées (1). Leur association loue des terres en bord de falaises à des propriétaires qui ne les exploitent plus (l'élevage des brebis a cessé à Goulien à la fin de la guerre de 1914-1918 (2)). 

Les moutons photographiés ici se trouvaient entre le sentier côtier (GR 34) et la côte, près des villages de Kerguerriec et de Bremeur. Carte topographique de l'Institut géographique nationale. Source: geoportail.gouv.fr

Deux troupeaux de moutons d'Ouessant et de moutons "Landes de Bretagne", descendants de spécimens en voie de disparition, et retrouvés dans les années 1980, pâturent les 50 hectares de la réserve.

En broutant certaines espèces végétales, ils contribuent à maintenir la lande rase et permettent le maintien d'une certaine biodiversité. C'est d'ailleurs depuis leur introduction dans la réserve que le crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax) a fait sont retour à Goulien (3).

Le pâturage de moutons sur cette côte dans le passé a laissé une trace dans la toponymie. En effet, sur la pointe de Kastell ar Roc'h, à l'extrémité Est de la réserve, un abri sous roche est appelé Toul an Denved (trou des moutons) (4).

Publié dans Faune littorale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article