Une épave devant Beg an Ty Garde

Publié le par DL

Ce 13 mars 2020, sur la plage de Sainte-Anne-la-Palud en Plonévez-Porzay (Finistère), quelque chose attire l'attention devant la pointe de Beg-an-Ty-Garde. 13 mars 2020.

C'est quelque chose que l'on n'avait pas encore remarqué lors de précédentes visites de ce secteur.

D'évidence, il s'agit des vestiges d'un bateau. 

Jusqu'alors, ils étaient restés invisibles, enfouis sous le sable. Les récentes grandes marées (coefficients 116 et 117 le 11 mars, 111 et 115 le 12 mars et 106 le 13 mars), combinées à d'assez fortes houles, ont emmené le sable au large, amaigrissant la plage.

Entre les deux extrémités de ce bateau, une partie est encore recouverte de sable, mais on voit qu'il s'agit d'une unité d'assez grandes dimensions. 

Dans un premier temps j'avais pris cette épave pour celle du Guy Mocquet. Je dois à l'obligeance de M. Yannick Bunel, qui  attiré mon attention sur cette erreur, d'avoir pu montrer dans un précédent article les restes de l'épave du Guy Mocquet (1). Qu'il en soit ici à nouveau remercié.​

L'identification de cette épave reste donc à faire.

Cerclée de rouge, la localisation de l'épave de Beg an Ty Garde. La croix rouge marque la localisation de l'épave du Guy Mocquet. Carte topographique IGN. Source: geoportail.gouv.fr

Tout comme le Guy Mocquet, ce bateau a donc fini sa carrière sur la plage de Sainte-Anne-la-Palud: vendu à un cultivateur pour qu'il en récupère le bois, il a été échoué à cet endroit par son patron pêcheur à l'occasion d'une grande marée. 

C'est une pratique courante jusqu'au milieu du 20° siècle. Les cultivateurs du Porzay, au fond de la baie de Douarnenez, s'approvisionnent ainsi en bois destiné, entre autres usages, à la cuisson des aliments des cochons. Dans l'anse toute proche de Kervijen en Plomodiern, on voit encore aujourd'hui les restes du Douarneniste, dundee construit en 1933 et désarmé en 1952 (2).


Quelques semaines plus tard, l'épave de Beg an Ty Garde avait disparu, de nouveau recouverte de sable. Elle est réapparue en janvier 2021 après un coup de houle et avec l'aide du ruisseau Le Lapic qui a sans doute contribué à en dégager l'extrémité et à évacuer le sable qui la recouvrait (voir la vidéo en fin d'article).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article