Goéland qui piétine la pelouse

Publié le par DL

Tout près de la Baie des Trépassés en Cléden-Cap-Sieun (Finistère), un goéland argenté (Larus argentatus) piétine une pelouse au bord de la route. Février 2021. Voir la vidéo qui suit.

Il reproduit sur terre ce que cette espèce fait sur les plages pour se nourrir. Sur les plages, les goélands piétinent le sable pour faire remonter en surface des coquillages (tellines en particulier), des vers, des petits crustacés, etc (1).

Sur cette pelouse, la technique semble fructueuse et fait sans doute apparaître des vers de terre et des larves d'insectes.

Publié dans Faune littorale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour<br /> <br /> Commentaire tardif. Ce comportement, fréquent chez les goélands, est bien connu. Les Britanniques le désignent sous le nom de « foot-paddling » : vidéos et articles disponibles sur le net. À signaler en particulier le petit article de Niko Tinbergen, le père de l'éthologie. Une note ancienne (1962), mais sérieusement documentée : https://britishbirds.co.uk/wp-content/uploads/article_files/V55/V55_N03/V55_N03_P117_119_A016.pdf.<br /> <br /> Bien cordialement<br /> <br /> JYM
Répondre
D
Bonjour,<br /> J'avais fréquemment remarqué cette pratique, non seulement sur le sable des plages du fond de la baie de Douarnenez (http://laissesdemer.over-blog.com/2019/09/les-goelands-pietinent.html), mais aussi sur des prairies herbeuses et souvent sur des ronds-points routiers. Curieusement, bien que fréquentant très régulièrement les plages du pays bigouden, jusqu'à récemment, je n'avais jamais vu les colonies de goélands qui y résident se livrer à ce piétinement. C'est arrivé il y a peu, mais cela reste très rare.<br /> Faute d'être équipé d'un appareil au zoom assez performant, je n'ai jamais pu identifier in vivo ce que les goélands attrapent de cette manière dans le sable des plages. Mais ils laissent des "pelotes" de réjection qui sont assez éloquentes (http://laissesdemer.over-blog.com/search/pelote/). Si on y reconnaît nettement des coquilles de petites moules, sans doute picorées sur les rochers, on y reconnaît aussi des coquilles de tellines que les goélands ont sans doute fait émerger du sable par piétinement.<br />