Les dalles à rides de la Pointe du Gouin à Camaret.

Publié le par DL

Quand on se promène entre la plage du Corréjou et la Pointe du Grand Gouin à Camaret (Finistère), un spectacle géologique étonnant s'offre à nous. Septembre 2020.

Localisation des dalles à rides de la Pointe du Grand Gouin. Source: geoportail.gouv.fr

Le site vu de la plage du Corréjou.

En partant de la plage du Corréjou, on rencontre tout d'abord une masse de galets enrobés dans un agglomérat présentant des traces rougeâtres attestant la présence d'oxyde de fer. 

C'est le reste d'une ancienne plage âgée de 125.000 ans, à une époque où le niveau marin était plus élevé.

On trouve ensuite des roches bleues-noires au pied de la falaise. Leur surface est usée là où l'érosion marine a produit son effet, et elles présentent un feuilletage très net dans les secteurs plus abrités.

Ici, la roche est usée par le frottement des galets brassés par la mer.

Ici, on distingue nettement le feuilletage de cette roche bleue-noire.

Ces roches sont des schistes de Postolonnec, formés à partir de vases déposées il y a 465 millions d'années et métamorphisées par la suite. 

On arrive alors à la falaise de la Pointe du Grand Gouin proprement dite, qui présente la formation rocheuse la plus spectaculaire.

En effet, à cet endroit, la paroi montre une surface ondulée qui fait penser à des vaguelettes.

La roche qui constitue cette falaise est un grès quartzitique, le grès armoricain. C'est une roche sédimentaire âgée de 475 millions d'années, donc plus ancienne que les schistes de Postolonnec. Ce grès s'est formé par l'agglomération de grains de sable sous l'effet de divers processus physico-chimiques intervenus à faible profondeur et dans des conditions de pression et de température peu élevées: compaction, déshydratation, dissolution, cimentation.

Ce que ce grès a de particulier à cet endroit, c'est qu'il présente ces ondulations. Ce sont des rides de sable, ou «ripple-marks» pour les géologues, qui se sont formées sous l'action de la houle sur une plage.

Ce que nous voyons est donc une plage de sable fossilisée. Comment s'est-elle trouvée dans cette position, avec ce pendage de près de 45° ?

Il y a environ 475 millions d'années, une plage de sable bordait une mer peu profonde. La houle y avait formé des rides comme on en voit aujourd'hui encore sur nos plages.

Rides de sable, de nos jours, sur la plage du Corréjou à Camaret.

Schéma en coupe de la "plage du Grand Gouin", avec ses rides de sable, il y a 475.000.000 ans.

Au cours des dix millions d'années qui suivent, tandis que se met en place le processus de transformation du sable en grès, des vases argileuses se déposent au-dessus de l'ancienne plage.

La transformation du sable en grès a commencé.

A leur tour, les différentes couches de vase se métamorphisent en schistes. 

Sous l'effet d'énormes pressions dues aux mouvements tectoniques (rencontre des plaques continentales), les formations de grès et de schistes se redressent.

Les schistes qui recouvraient le grès armoricain de la Pointe du Grand Gouin s'effondrent et dégagent la surface de celui-ci, mettant au jour la plage fossilisée et ses rides de sable. A leur pied, une nouvelle plage de sable se forme, la plage du Corréjou.

Liens:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grès_(géologie)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Schiste

Rides de sable actuelles et fossiles

https://www.comcom-crozon.com/wp-content/uploads/2018/07/article-PointeduGouinSEPTENTRION-avril2016.pdf

https://www.comcom-crozon.com/wp-content/uploads/2018/12/Fiche_Pte-du-Gouin-Corréjou.pdf

http://avg85.fr/wp-content/uploads/2014/06/2011.06.AVG_.CR_.Crozon-1.pdf

 

Publié dans Géologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article