Du silex sur la plage de Tréguennec.

Publié le par DL

Sur la plage de Tréguennec (Finistère), quelques rognons de silex d'assez petite taille, à la forme et à la couleur caractéristiques, se distinguent des autres roches qui constituent l'essentiel du cordon de galets. Novembre 2018.

A priori, trouver du silex parmi d'autres roches sur une plage n'a rien de surprenant, si ce n'est qu'il s'agit d'une roche siliceuse formée par précipitation chimique intervenant le plus souvent dans la craie. Or, il n'existe pas de formation crayeuse dans le massif armoricain. Le silex que l'on trouve sur ce littoral n'en est donc pas originaire.

On sait que l'arrivée des galets sur le littoral est due en grande partie à l'action des courants, de la houle et de certaines algues qui les transportent après s'y être accrochées: «Des transports a faible distance (dont celui de rognons de silex a partir des gisements possibles sur le précontinent) pourraient avoir été réalisés par les algues, au fur et a mesure de l'avance millénaire des cordons, pas a pas, de la même manière que nous les voyons agir actuellement sur nos estrans.» (P.R. Giot  "Problèmes de géologie quaternaire en Bretagne" /voir aussi sur ce blog l'article Comment des galets se retrouvent sur les plages)

Dans leur article "Apport de la géologie marine à la détermination des sources de matières premières au paléolithique dans le massif armoricain : origine possible du silex utilisé sur les stations paléolithique inférieur de Menez-Dregan", Jean-Pierre Lefort, Jean-Laurent Monier et Nancy Marcoux (Revue Quaternaire; juin 2007) écrivent à propos de l'outillage lithique découvert sur le site de Ménez Dregan en Plouhinec: «La quasi absence de silex dans le Massif armoricain est l’une des causes de la répartition très périphérique des habitats paléolithiques. Le silex recherché et utilisé était, pour la quasi-totalité, ramassé sous la forme de galets marins apportés depuis les formations crétacées ou jurassiques des fonds de la Manche et de la Mer d’Iroise.»

Dans le même article, ces archéologues se réfèrent à des recherches géologiques effectuées soit par dragages, soit par carottages à la fin des années 1960 et au début des années 1970 dans la baie d'Audierne. Il ressort de ces recherches que les silex qu'on y trouve proviennent de cordons de galets qui se sont formés, au large du littoral actuel, à des époques où le niveau de la mer était plus bas qu'aujourd'hui (régressions marines en périodes glaciaires), cordons de galets maintenant immergés suite à la remontée des eaux (transgression marine de période interglaciaire).

Ceci admis, une question demeure: d'où proviennent les rognons de silex des cordons de galets actuellement immergés au large dans la baie d'Audierne ?

L'hypothèse a été débattue d'un transport de galets et de rognons de silex par des glaces flottantes détachées des glaciers continentaux en période glacière. Mais  une autre théorie prend en compte le fait que, lors des périodes glacières, le niveau marin avait baissé à tel point que la Manche s'était exondée (en quelque sorte "asséchée"). Le "fleuve Manche" aurait recueilli les eaux des fleuves que nous connaissons actuellement (Seine, Somme, Tamise, Rhin, Meuse, etc.) pour s'écouler dans l'Atlantique et y aurait déposé au large des côtes actuelles les galets roulés et les rognons de silex que ces fleuves auraient transportés.

Liens: 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Silex

https://fr.wikipedia.org/wiki/Manche_(fleuve)

Le fleuve Manche et la façade atlantique il y a 20.000 ans

Evolution du fleuve Manche depuis l'Oligocène

Problemes de Geologie Quaternaire en Bretagne

Origine possible du silex utilisé sur les stations paléolithique inférieur de Menez-Dregan (Plouhinec)

Publié dans Géologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article